the-living affiche thumbs

DVD ici :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Sortie Cinéma & projections 2014 : 

Dès le mercredi 21 mai au Zinema de Lausanne et au Cinéma Bio de Carouge 
Le mardi 27 mai à l’ABC de la Chaux-de-Fonds (projection unique)
Le mercredi 4 juin au Minimum de Neuchâtel (projection unique)
Le mardi 12 août au Festival du film des Diablerets
Le dimanche 24 août au Festival international du film insulaire, Ile de Groix, France

 Dates cinéma

Ce projet est né d’un voyage dans l’archipel du Svalbard, sur l’île Spitzberg, à mi-chemin entre la Norvège continentale et le Pôle Nord. Point de chute : Longyearbyen, la capitale, située à 78° de latitude nord. Deux mille habitants y vivent à l’année. Qui peut donc bien résider sur ces terres reculées, coincées au milieu de l’océan Arctique dont les températures chatouillent les -40°, plongées trois mois par an dans une nuit totale, en cohabitation avec les ours polaires ?

Et pourtant... Quarante-deux nationalités sont actuellement représentées sur l’île. Le Svalbard est sous gouvernance norvégienne, mais en vertu du traité de Paris signé en 1920 et ratifié par une quarantaine de pays, les ressortissants des nations signataires peuvent s’établir et travailler au Svalbard sans permis ni visa. A la seule condition d’être autonome : chacun subvient à ses propres besoins. Il n’existe ni chômage, ni services sociaux. Personne n’arrive dans ce “bout du monde” par hasard, souvent au gré d’un parcours atypique. Et personne ne s’y installe durablement. A Longyearbyen, semble-t-il, l’amour dure six ans.

THE LIVING - LONGYEARBYEN // Trailer - Oct. 2013

Trailer The Living copy

 

C’est de là qu’est né le projet. Pour mieux comprendre la ville, 5 personnages font l'objet de portrait dans le documentaire. 

the living samuelSamuel : Enseignant français, expatrié à Longyearbyen pour une année, il y effectue son brevet de      "Arctic Nature Guide". Humblement et avec un grand respect, il emmène touristes et amis à la rencontre de la nature grandiose et capricieuse du Svalbard.

 
 
 
 
 
  

the living evaEva : Mémoire du passé minier de la ville, Eva travaille à la numérisation des négatifs que ses parents lui ont laissé de leurs années au Svalbard. Elle est l'une des rares natives de l'île, car à Longyearbyen on ne naît pas, sauf accident ou "tricherie" dans son cas... 

 
 
 
 
 
  

the living torgeirTorgeir : Du haut de sa tour, à l'aéroport, il est le gardien du temps et de la météo. Il guide avions et bateaux, depuis 8 ans, au travers des changements climatiques des fjords. Tombé sous le charme de la ville en y atterrissant un jour, par hasard, sous le soleil de minuit, il y a emmené sa famille et compte bien rester, même si l'heure de la retraite approche.

 
 
 
 
 

the living christinChristin : Première femme Maire de Longyearbyen, elle gère une ville "normale" dans le contexte extraordinaire de l'Arctique. Elle est aussi maman de deux garçons. Comme plusieurs autres enfants de Longyearbyen, ils étaient sur l'île d'Utoya lors du massacre. Ils ont miraculeusement survécu et l'ont confortée dans la politique d'ouverture qu'elle mène pour la communauté.

 
 
 
  
 

the living brennanBrennan : Ex-rédacteur en chef d'un journal aux USA, il a quitté son pays pour vivre en Norvège. Son visa échu, il poursuit aujourd'hui son rêve en exerçant le métier de chauffeur de taxi à Longyearbyen. Il profite des cours de norvégien proposés gratuitement par la ville et espère progresser suffisamment pour bienôt trouver un poste dans son domaine à Oslo.

 
 
 
 

C’est grâce à l’implication de la réalisatrice, Marie Geiser, qu’il existe des contacts solides entre elle ses intervenants. Lors d’un premier voyage à Longyearbyen, elle a été très intriguée par cette ville et c’est de là qu’est né ce documentaire. Elle y est retournée dans le cadre d'une résidence d'artiste qui lui a permis de mieux comprendre cet endroit et de confirmer son intérêt et son envie de le mettre en image.

Il était important pour elle de prendre du temps avec ses personnes, sans l'oeil inquisiteur de la caméra et d'établir en premier lieu un rapport d'humain à humain. Au final, le film y gagne en spontanéité et en sincérité.

Le documentaire répond à de nombreuses questions que cette ville suscite : Comment fonctionne cette société en renouvellement constant ? Quelle est l’histoire des ces habitants et comment sont-ils arrivés dans l’archipel ? Quelle est cette attraction qui semble cesser au bout de six ans ?

 
Production : Framevox
Co-production : VoxPop 
Réalisation et montage : Marie Geiser
Images: Antoine Silacci
Musique: Raphaël Weber et Cédric Liardet